Ou Sortir, découvrez les bons plans sorties près de chez vous avec Sortir Plus
RSS

Interview de Christian Palix

Christian Palix

(Maire de Bandol)

« Le rayonnement de Bandol s’est étendu »

Le maire de Bandol mesure le chemin parcouru depuis sa prise de fonction. Les choix économiques ont été payants car les divertissements ont gagné en simplicité et en diversité. Le théâtre Jules Verne joue d’ailleurs un rôle prépondérant dans cette évolution. Bandol existe aussi en hiver.

 

M. le maire lors de votre prise de fonction vous aviez d’emblée opté pour des choix plus simples et économiques concernant les festivités. L’objectif était de retrouver de la simplicité, de la convivialité et d’impliquer les commerçants. Aujourd’hui pensez-vous que la mission a été accomplie ?

J’ai le sentiment du travail bien fait. La mission économique a été accomplie car nous avons diminué par deux les frais sans pour autant occulter le plaisir de tous. Ainsi le concours de feux d’artifices en musique a été particulièrement apprécié. La ville de Bandol a accueilli une dizaine de grandes stars comme Zazie ou Tina Arena entre autres au théâtre Jules Verne. De plus nous avons multiplié les spectacles à différents endroits de la cité. Prés du kiosque, sur la plage et même au coeur de ville place de la mairie. Il y en a eu pour tous les goûts (jeunesse, humour, musique) et c’est ce que voulaient les commerçants et les différents visiteurs. C’est vraiment la philosophie que nous voulions développer.

L’apport du théâtre Jules Verne n’est pas négligeable en termes de divertissement.
Arrivez-vous à quantifier son influence ?

Oui on a constaté une hausse sensible de la fréquentation. Le rayonnement de la ville de Bandol s’est étendu de Marseille à Toulon. Ce n’est pas négligeable. Surtout qu’au départ le théâtre Jules Verne n’était qu’une salle et nous l’avons transformé en un lieu magnifique. Nous l’utilisons aussi pour des réunions. D’ailleurs prochainement le banquet des vignerons qui est un prélude à la fête des vins du 4 décembre s’y déroulera. On récupère le « bébé ». Cette manifestation revient « à la maison ». C’est une fierté.

La programmation assez exceptionnelle a vite crédibilisé l’endroit.
Allez-vous continuer dans cette optique en 2012 ?

Oui bien sur. La machine est lancée sur les bons rails. L’endroit va accueillir en 2012 des conférenciers de renom comme Marcel Rufo sur le thème d’actualité qu’est « les petits électeurs : la politique de la petite enfance » mais aussi Boris Cyrulnik sur le thème du suicide des adolescents. La diversité reste maximale avec entre autres le ballet de l’opéra national de Kiev, Dave, Yannick Noah sans oublier le concert de notre école de musique ou Yves Pujol le régional de l’étape.

La ville de Bandol existe désormais aussi bien en été qu’en hiver.
Est-ce votre plus belle victoire ?

C’est une belle avancée. Avant il y avait quelques dates en hiver et puis Bandol s’endormait. Aujourd’hui ce n’est plus le cas. Le théâtre Jules Verne nous permet de garder un certain rythme, une cadence. Il y a désormais une vie bandolaise en hiver. Cela se ressent à différents niveaux. Maintenant il faut entretenir tout ça.

 

« Et si j’étais » l’interview décalée… avec Christian Palix

 

Un film culte : « Intouchable » que j’ai vu dernièrement. En tant que pédiatre soignant régulièrement le handicap j’ai été touché par ce film qui retranscrit vraiment la réalité et qui peut faire changer le regard des gens.

Une chanson mythique : C’est difficile. Une des années 60 de Johnny Hallyday plutôt twist. J’ai d’ailleurs été champion de twist à l’île de la Réunion et régulièrement je dois y aller de ma petite démonstration (rire).

Un plat auquel vous ne pouvez résister : Le magret de canard. J’adore.

Un artiste qui vous fait rêver : J’aime beaucoup Yannick Noah. Il dégage une énergie incroyable et une vraie émotion. On sent qu’il a été sportif de haut niveau car son rapport avec le public est incroyable.

Un sportif : Le footballeur Raymond Kopa. La coupe du monde 1958 en Suède où son talent a éclaboussé la compétition. il formait avec Just Fontaine un tandem incroyable. Seul problème un gamin du nom de Pelé qui a brisé le rêve en demi-finale. Mais quelle épopée !

Un concert marquant : Il y a une quinzaine d’année j’ai eu la chance de voir Johnny Hallyday à Paris. C’était un concert énorme. Le charisme de ce chanteur est tout simplement fantastique. Il traverse les époques avec le même brio. Un mythe.

Un événement culturel : Je suis un fan inconditionnel des opéras. N’importe lesquels. A chaque fois l’émotion est à son paroxysme.

An D


Design & développement Agence bigM Agence bigM